L’AFEST et la transmission des savoirs professionnels

Mettre en œuvre un dispositif de formation en situation de travail (AFEST) demande de connaître un peu mieux ce qui se joue dans la transmission des savoirs professionnels dans l’entreprise comme il a été évoqué dans le billet précédent. Mon propos d’aujourd’hui est de l’approfondir un peu plus en s’appuyant sur les travaux de Jeanne Thébault, chercheuse au PSITEC de l’Université de Lille 3. En effet, elle a publié un article à ce sujet dans le numéro 130 – mai 2016 de Connaissance de l’emploi édité par le CEREQ et je vous livre ici une sorte de note de lecture commentée.

D’emblée, l’auteure écarte l’idée reçue que la transmission des savoirs professionnels ne peut être uniquement dans la rencontre de deux individus dont l’activité se résume au « transfert, à sens unique, de savoirs spécifiques » et propose, de ce fait, un déplacement du regard pour l’envisager différemment en termes d’action collective, interactive et multi-dimensionnelle. Ceci dit, Jeanne Thébault propose de passer en revue « six déplacements » pour penser autrement la transmission des savoirs au travail.

1  Transmission et non transfert

Une transmission est une activité co-élaborée au fil du temps, articulée avec l’activité de travail et non un transfert de savoirs «automatique», par simple côtoiement, pendant une période de temps limitée.

2 Diversité des parcours

La transmission n’est pas uniquement une question intergénérationnelle : des «jeunes» face à des «seniors», elle s’appuie surtout sur  l’hétérogénéité des âges, de l’ancienneté et des expériences de chacun.

3 Réciprocité et non unilatéralité

La transmission n’est pas seulement unilatérale, d’un appreneur vers un apprenant mais elle est une réciprocité, un enrichissement réciproque entre les deux. De ce fait, chacun est acteur de la transmission.

4 Dimension collective

La transmission ne limite pas uniquement à la relation entre deux personnes mais elle se joue au sein d’un collectif de travail. Cela demande l’implication de tous même si la transmission ne concerne directement que ces deux salariés.

5 Savoirs professionnels et savoirs techniques

Les contenus à transmettre incluent les arbitrages et la prise en compte de la variabilité des situations et non seulement des savoirs techniques et des procédures homogènes.

6 Conditions d’organisation

La réussite d’une transmission implique de penser à une organisation propice car elle conditionne la relation entre les deux salariés impliqués : les échecs n’ont pas uniquement pour cause leur attitude.

Cette prise en compte de ces différents déplacements pour penser autrement la transmission des savoirs professionnels est primordiale pour construire un dispositif de formation en situation de travail. Il ne s’agit pas seulement de faire incorporer (dans le sens : inclure dans le corps) un geste professionnel mais de se doter des meilleurs atouts pour réussir un dispositif AVEST.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s